Compartilhe...

Le Nom Yaohushua

[Utilisez le traducteur de page de votre navigateur pour accéder à notre site web/pages]

 Le nom de Dieu – Jéhovah, Yahvé ou Yahwhé?

Jusqu’à présent, vous n’avez rien demandé en Mon Nom; demandez, et vous recevrez, pour que votre plaisir soit complet.

Jean / Yao’khanan 16:24

Le vrai nom du Très-Haut – un dilemme:

Nous savons tous que «Jéhovah» n’est pas la prononciation correcte du Nom de l’ÉTERNEL. Oui, même la Watchtower Society (WTs) est d’accord avec ce fait, car dans plusieurs publications traitant de ce sujet, il y a quelque chose qui explique pourquoi cette incertitude. Un exemple de ceci peut être vu dans le livre Insight, vol.2, sous l’entrée Jéhovah. Comme la Société elle-même le mentionne et même est d’accord dans ses publi-cations, les spécialistes de la langue et des écritures hébraïques affirment que le nom du créateur a été oublié, du fait que dans l’écriture hébraïque originale, ils n’utilisaient pas de voyelles, mais seulement des consonnes. C’est un fait. Nous avons tous appris que les Juifs orthodoxes, trouvant superstitieux le «Nom» divin trop sacré pour être prononcé, ne l’ont pas utilisé, le remplaçant au moment de la lecture par le mot «Adonaï», qui en français signifie «Seigneur/Baal». les endroits où il y a eu l’occurrence du tétragramme “יהוה” (lu de droite à gauche), qui se translittèrent selon notre type d’écriture, correspondent aux lettres “YHWH” ou “YHVH”.

Selon les érudits de la langue, le «Nom» le plus correct, ou la «prononciation» la plus proche de celle que les Hébreux utili-saient dans le passé lorsqu’ils se référaient au Très-Haut, et sur laquelle la Fraternité semble s’accorder, est la forme «Yahvé/ Javé”. Ils prétendent que cela est soutenu par l’existence de l’expression «Halelu-Yah/ Alléluia Jah» dans le Psaume 89:8 et ailleurs dans les Écritures, plutôt que l’expression «Halelu-Yeo/ Alléluia Jeo», qui devrait être la bonne, si le «Nom» de l’ÉTERNEL était vraiment Jéhovah. Apparemment, cela semble logique. Compte tenu de cela, nous demandons : Si la forme, peut-être la plus correcte, pour le Nom de l’ÉTERNEL était vraiment « Yahweh », pourquoi alors la Compagnie n’a-t-elle pas adhéré à ce nom au lieu du nom «Jéhovah/Jéhovah»? La Société répond qu’elle choisit le nom «Jéhovah» parce qu’il est le « plus connu» et qu’il est utilisé depuis le plus longtemps, et que changer ce «Nom» impliquerait de changer de nombreux autres noms bibliques. Nous demandons: Depuis quand pourrions-nous «opter» pour le Nom de l’Être le plus sublime de l’univers, le CRÉATEUR ÉTERNEL, basé sur le «Nom» qui est le plus connu plutôt que celui qui serait réellement le plus correct? Qui nous a donné le droit de «choix» ? N’est-ce pas le Créateur Lui-même qui nous a révélé le Nom de Son Père (Ex 3:14,15)? Qui sommes-nous pour le  changer  ou  le  choisir?  L’ÉTERNEL “change-t-il de nom”,  ou porte-t-il d’autres noms, simplement parce que les gens de cette manière pourraient donner lieu à l’argument suivant: Si nous utilisons le concept que le plus “connu” ou le plus “accepté” est vraiment la chose raisonnable à suivre ou à adopter, alors la Fraternité devrait utiliser les enseignements qu’elle a elle-même rejetés tels que la Trinité, la Croix, l’Enfer de Feu , Âme immor-telle, puisque ces concepts sont les plus «connus» ou «acceptés» par les religions qui se disent chrétiennes, ainsi que le nom supposé du Messie, accepté aujourd’hui.

De plus, à supposer qu’il soit correct de traduire les noms propres – ce qui n’est pas le cas – les noms bibliques actuels dont nous disposons aujourd’hui ne s’harmonisent en aucun cas avec le nom « Jéhovah ». Si le Nom du Très-Haut était vraiment « Jéhovah », alors :

Isaïe aurait été traduit par Isaïje

Zacharie aurait été traduit par Zacarjes

Sophonie aurait été traduit par Sophonjes

Joshua aurait été traduit par Jpshajé (mais a été “traduit” par Jésus)

Jérémie aurait été traduit par Jeremijes

…car tous ces noms ont le tétragramme [YHWH] dans leur formation ! Mais donc n’ont pas été traduits! Le “Nom” a-t-il vraiment été oublié ?

Cependant, le sujet du “Nom” ne s’arrête pas là! Nous deman-dons: est-il cohérent pour nous de partager le même raison-nement que ces érudits en langues, dont beaucoup ne croient même pas en l’existence d’un Messie, lorsqu’ils prétendent que personne ne saurait prononcer son «Nom» correctement dans notre jour, en raison de ce “Nom” ou votre prononciation correcte est-elle tombée à l’eau ou perdue? Eh bien, une chose que nous pouvons dire, si nous pensons de cette manière, nous irons à l’encontre de ce que le Créateur Lui-même a dit dans Exode 3:15, lorsqu’Il a révélé pour la première fois le Saint “Nom” de Son Père à l’huma-nité. Il a dit, “.yhvh…et c’est l’Éternel Shuam (Nom) dont on se souviendra à travers toutes les générations”.

Au vu de ce texte et aussi au vu du grand zèle que le Créateur Lui-même a montré pour le “Nom” de Son Père, comme nous pouvons le voir si clairement dans les Écritures, nous concluons que ce “Nom” n’a pas été perdu dans le temps et que personne d’autre ne soit en mesure de le prononcer correctement est une imposture, car de cette façon nous prétendrions que le Saint béni soit-Il a menti [Tite 1:2]. Le Créateur laisserait-il tomber la prononciation correcte du Saint Nom ? Et qu’en est-il alors des formes que nous connaissons actuellement pour être les prononciations les plus probables du «Nom» de l’ÉTERNELLE ?

Quoi qu’il en soit, aucune forme commençant par la lettre “J” n’a de support scripturaire, car il n’y a pas de consonne “J” ainsi qu’aucune forme similaire dans la langue hébraïque [ni grec ni latin], à tel point que la translittération correcte du tétragramme «יהוה» (lu de droite à gauche), a dans sa première lettre un «Y» (י – se lit yod en hébreu), qui correspond au son de la lettre «i» en français. Ainsi, une erreur se produit juste au début, car un “J” dont le son est totalement différent du “i” est utilisé au début de ces noms actuellement connus, alors que la bonne chose serait d’utiliser une consonne “Y” ou même une “voyelle” i”, car ils produisent tous les deux le même son, et ce qui compte vraiment, c’est la prononciation, pas l’écriture.

C’est l’une des raisons pour lesquelles “théoriquement” la forme Yahweh serait plus proche de la correction, c’est-à-dire en commençant par la lettre (Y/I) qui produit le son correct, ou équivalent à l’original. Cependant, il existe des preuves pour montrer que le nom Yahweh ne pouvait pas non plus être le bon Nom de l’ÉTERNELLE.

Commençons par un détail remarquable : les Hébreux, au lieu d’appeler l’ÉTERNEL par Son Nom, utilisent le mot ha’shem [le nom] par simple respect débridé ; ceci quand cela ne le diminue pas en utilisant le mot adonai [I Cor 8:5-6]. Et, ils ont fini par joindre cette prononciation au tétragramme, donnant le mot YEHOVAH [Jéhovah] ou YAHWEH [Yahweh].

Il se peut que quelqu’un argumente: “Mais les noms sont traduits dans notre langue et c’est pourquoi ils commencent par la lettre J”. Ceci n’est pas fondé. Premièrement, nous devons garder à l’esprit que les nombreuses langues existant sur terre aujourd’hui ne sont pas le résultat d’une bénédiction du Créateur, mais d’une malédiction. Et deuxièmement, nous devons comprendre que les noms propres ne sont pas traduisibles. Si une personne s’appelle “Pierre” en France, elle doit s’appeler “Pierre” n’importe où dans le monde quelle que soit la langue dans laquelle elle vit. Pouvez-vous imaginer si le nom de l’ancien président américain George Bush était traduit dans notre langue – il s’appellerait Jorge Buisson. Qu’en est-il de l’ancien secrétaire d’État James Baker? Il s’appellerait Tiago Boulanger! Certes, ces deux exemples, comiques d’ailleurs, n’identifieraient jamais correctement ces deux personnalités. Afin d’identifier un individu, nous devons utiliser son nom d’origine avec la prononciation correcte, ou du moins la plus proche que notre langue nous permet de parler.

Au lieu de traduire un nom, ce que nous pouvons et devons faire, c’est le translittérer dans notre langue, ce qui est un processus complètement différent de la traduction. La translittération est l’acte de transporter le son, syllabe par syllabe d’un mot, de la langue source vers une autre langue, en utilisant les lettres disponibles correspondant au son de la prononciation dans la langue d’origine.

Il est évident qu’à ce stade, une autre question peut se poser: Comment pourrions-nous connaître la prononciation correcte du Nom de l’ÉTERNEL? Vous voyez, si le Créateur Lui-même a dit que le “NOM” serait “souvenu de génération en génération”, il ne permettrait sûrement pas qu’il soit abandonné, comme beaucoup le prétendent…

C’est donc la prononciation qui compte vraiment, pas la façon dont le nom est orthographié. Nous pouvons illustrer cela de la manière suivante: disons qu’il y a trois personnes dans une pièce – l’une s’appelle Katia, l’autre Kathya et la dernière s’appelle Catia. Si nous appelons par l’un des trois noms, tous les trois regarderont sûrement; c’est parce que ce qui compte vraiment dans ce cas, c’est la prononciation, ou ce qui est dit, et non la façon dont les noms sont écrits, qui, bien qu’ils utilisent des écritures différentes, produisent le même son. Il en va de même pour le “Nom” de l’ÉTERNEL [et de Son Fils]. Nous devrions nous préoccuper de sa prononciation correcte, pas de la façon dont nous l’écrivons, quelle que soit la langue que nous parlons. Eh bien, allons aux preuves que nous avons, pour nous aider à savoir quel est le Vrai Nom du Très-Haut.

Ces questions peuvent sembler hors de propos ou sans importance, mais c’est le Créateur Lui-même qui dit que le «NOM» a été profané parmi les nations [Éz 36 :23] et dit que Son peuple connaîtrait le Nom [És 52:6]. De plus, nous sommes interrogés sur cette connaissance dans Proverbes 30:4 qui pose la question difficile pour nous tous:

«Qui est monté au ciel pour descendre ? Qui a cueilli le vent dans le creux des deux mains? Qui a enveloppé les eaux dans un manteau? Qui a fait monter toutes les extrémités de la terre ? Quel est son nom et quel est le nom de son fils , au cas où [o] vous savez?»

Une autre traduction utilise le terme « Dites-moi si vous savez ! [Nouvelle version internationale]. Pour tout cela il est écrit : « Quiconque invoquera le Nom de yhvh sera sauvé » (Joël 2:32 ; Actes 2:21).

Preuve du vrai “Nom”

Nous savons que les Hébreux, lorsqu’ils nommaient les nouveau-nés, choisissaient généralement un nom qui avait un sens. Même la fille de Pharaon, en retirant cet enfant du Nil, l’a fait, c’est-à-dire l’a nommé «Moïse» à cause d’elle « l’a fait sortir de l’eau ». Les noms avaient définitivement un sens !

Il est intéressant de noter que de nombreux noms de ceux qui faisaient partie du «peuple du créateur» à cette époque conte-naient également le «NOM» de l’ÉTERNEL intégré dans leurs propres noms. Je citerai quelques exemples: Isaïe, Jérémie, Sophonie, Jean, etc… Chacun de ces noms a une signification, et porte la prononciation correcte du Nom du Créateur. Malheureu-sement, parce que les translittérations correctes des noms de la langue originale (hébreu) ​​vers les autres n’ont pas été faites, mais plutôt des traductions, cette vision du “nom” sacré dans les noms anciens a été perdue. Cependant, si nous faisons la translittération correcte, c’est-à-dire amenons les mêmes sons de la langue hébraïque d’origine dans notre langue, nous pou-vons clairement voir un “mot” commun dans tous ces noms que nous avons mentionnés plus tôt. Voici donc quelques exemples de noms translittérés de l’hébreu en français:

En hébreu

Mauvaise traduction

Translittération correcte

vhyiwy

Isaïe

Yahshua’yah

vhymry

Jérémie

Yarmi’yah

hdvhy

Juda

Yaou’dah

vhyway

Josias

Yaosh’yah

vhyla

Élie

Uli’yah

cwvhy

Josué/Jésus

Yaohu’shua

Tous contiennent une partie importante du tétragramme, le Nom de l’ÉTERNEL !

Il y a quelque chose de particulièrement intéressant à propos du nom de famille sur la liste “Josué/Jésus”, qui montre comment la traduction des noms plutôt que la translittération correcte produit malheureusement de sérieux problèmes d’identité dans les traductions de la Bible. En hébreu ancien, YAOHUSHÚA, qui signifie «Yyhvh est salut» ou «Yhvh sauvera», dans le premier cas il apparaît dans les traductions de la Bible, se transforme en «Josué» [AT], ce qui serait théoriquement le plus correct, et dans le second en «Jésus» [NT]. Les deux ont le même nom dans l’hébreu original, mais sont devenus différents avec le processus de traduction de la Bible. C’est un détail curieux et malheureu-sement peu réalisent son importance et jusqu’où peuvent aller les hommes, sans se soucier de la Vérité – Jean 8:32.

En ce qui concerne les noms bibliques cités dans l’exemple ci-dessus, en général tout le monde remarquera que le mot “YAOHÚ” apparaît clairement dans ces noms. Ce son (iaorrú) est perçu dans la prononciation de nombreux autres noms enregistrés dans les Écritures, et ils concernent tous l’ÉTERNEL.

On peut voir que même dans l’écriture hébraïque de ces noms 3 des 4 lettres du tétragramme apparaissent: «vhy» (de droite à gauche), étant le «YHW» correspondant dans notre langue.

Est-ce simplement une “forme courte” du Nom de l’ETERNEL ou est-ce sa forme “complète”? La dernière lettre “h”, qui correspond à notre lettre “H”, peut être omise dans l’écriture de ces noms, du fait qu’elle ne produit aucun son au Nom du Très-Haut. Actuellement, il existe des signes [masorétiques] qui indiquent le son des voyelles des consonnes hébraïques.

Certains, au lieu d’utiliser le masorétique correct [Qamets Qaton] lors de la translittération de la voyelle juste après le “Y” qui produit la diphtongue “AO”, utilisent le Qamets Gadol qui donne le son d’un “A” ouvert, résultant en la “translittération” YA-HU.

Il est également significatif que les Juifs (qui sont les personnes qui s’appellent par Son “Nom” selon la Bible) sont appelés “YAOHUdim ” (ydvhy) dans leur langue maternelle, qui devrait être… “YAHWEdim”, si le Le Nom correct du Créateur était Yahweh/Yahveh ou même “YEHOVAdim” si c’était Yehovah/ Jehovah. Ne serait-ce pas plus cohérent? Et même aujourd’hui, il y a des gens qui apportent dans leurs noms le même “mot” hébreu contenu dans les noms anciens mentionnés ci-dessus. Un exemple actuel de ceci est celui de l’ancien Premier ministre d’Israël qui se fait appeler Benyamin Nethanyaohu (avec la translittération correcte) – indiquant que le Nom de l’ÉTERNEL n’a en fait jamais été oublié.

Voir ci-dessous la représentation graphique qui montre comment se prononce le tétragramme (Il est à noter qu’en hébreu la lecture se fait de droite à gauche):

Se pourrait-il que nous ne soyons pas responsables de ne pas utiliser le Vrai Nom de l’ÉTERNEL, de prétendre précisément à tort que personne ne pourrait jamais connaître sa prononciation correcte, alors qu’en réalité il n’a jamais été oublié – en harmonie avec Ses propres paroles – parce que il a toujours été là, dispo-nible pour toute personne intéressée à la rencontrer? Se pourrait-il que ce son, «iaorrú», présent dans tant de noms bibliques, dont le sens renvoie à l’ÉTERNEL lui-même, et qui est produit par les mêmes caractères du tétragramme, ne soit qu’un simple hasard ou coïncidence ?

Et qu’en est-il du Nom du Messie, dont la translittération correcte est “YAOHUSHÚA” (iwvhy – YAOHÚH est le Salut), plutôt que “Jésus”, auquel nous avons tous l’habitude de faire référence, et dont l’origine est clairement grecque/romaine et non juive? Ces différences de noms influencent-elles d’une manière ou d’une autre notre culte et donc notre salut, ou est-ce que le Nom par lequel nous nous adressons aux Êtres les plus importants de l’univers ne fait aucune différence pour eux ? Cela ferait une diffé

rence si quelqu’un t’appeler par un autre nom que le tien ? Être sincère!!! Avant de répondre à ces questions, veuillez lire attentivement le livre d’Actes 2:21 et Actes 4:12, puis oui, en vous basant sur ce que vous lisez dans ces textes, tirez vos propres conclusions.

Un faux nom pour le Messie

  • Le faux nom “JÉSUS” ne pourra jamais être le vrai Nom du Messie, pour plusieurs raisons :
  • Il n’y a pas de lettre “J” en hébreu, donc aucun nom contenant la lettre “J” ne pourrait jamais être un nom d’origine hébraïque.
  • Le Nom du Père est contenu dans le Nom du Messie, le Fils, et n’est évidemment pas contenu dans le faux nom « Jésus » [Ex 23:21; Jn 17:11-12].
  • Le faux nom « Jésus » n’a pas le sens donné au Nom du Messie par l’envoyé, à savoir : « … car il sauvera son peuple de ses péchés » – Mt 1:21. Cette signification est exacte et parfaite pour le vrai Nom YAOHÚSHUA (YAORUSHUA), mais cela n’a rien à voir avec le faux nom “Jésus”.
  • L’origine du faux nom “Jésus” est gréco-latine, issue des idoles mythologiques.
  • Le faux nom “Jésus” n’est apparu qu’après le 14ème siècle, puisque la lettre “J” n’est apparue qu’au 14ème siècle, rendant impossible qu’au premier siècle un nom puisse s’écrire avec une lettre inexistante. La lettre “J”, avec son son caractéristique, ne fait pas partie de l’hébreu, du latin ou du grec.
  • Le faux nom “Jésus” n’apparaît prophétisé nulle part dans l’Ancien Testament, comme le vrai nom YAOHÚSHUA (YAHORUSHUA), et il ne le pourrait pas non plus, puisque dans la langue originale de l’Ancien Testament. au Tanakh, il n’y a pas de mots écrits avec la lettre “J”. Cette lettre est très récente ; a émergé vers le 15ème siècle après C.

Il y a des hommes dans l’Ancien Testament qui étaient des figures ou des types du Messie, et qui portaient ainsi le nom de Yaohushua. Ils étaient des types symboliques du Messie à venir. Il est curieux de constater le travail de corruption des traducteurs lorsqu’à la place de ces types qui portaient le nom Yaohushua, ils ont mis “Joshua”, ce qui est également faux. Quant au Messie, qui a reçu le Nom YAOHUSHÚA (Iaorruchúa) [Mt 1:21; Jean 17:6,11; Hé 1:4], ils l’ont remplacé par le faux “Jésus”. Même dans la corruption, ils n’ont pas utilisé la cohérence, et c’est vraiment trop s’attendre à ce que les corrompus soient cohérents ! Apocalypse 13:8 est accompli!

Chers frères, libérez-vous de ce nom paganisé ; car… vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous affranchira. (Jean 8:32). Et pensez à ceci : si votre église vous a caché la Vérité sur le Nom, alors imaginez combien d’autres doctrines non bibliques elles vous ont enseignées! Venez étudier avec nous!

 

CYC – Congrégation Yaoshorul’ita, le Chemin

Savoir plus…

www.cyocaminho.com

 

EN SAVOIR PLUS: Études

– Christiane –

WhatsApp: (+33) 6 51 14 16 81

Siège social au Brésil:

RUA CEL. BENTO PIRES, 1001 – CEP 18.275-040

TATUÍ/SP.

Seja um Rosh (líder Congregacional); faça o CTA: Curso de Teologia Aplicada – CLIC!

SI VOUS LE SOUHAITEZ, CLIQUEZ SUR CETTE IMAGE POUR TÉLÉCHARGER CETTE ÉTUDE SUR VOTRE MOBILE OU IMPRIMER…

Les doutes:

Formulário de Contato